Skip to content

By Guillaume in

quattro

Le Quattro Stagioni – Au Temps s’emporte le vent : Une année d’Apocalypse est un mini album instrumental de quatre pièces qui ont pour thème les quatre saisons soit une pièce par saison en commençant par l’automne. La base des pièces provient de la même session que Hiver Québécois d’Antan mais contrairement à ce dernier, le travail d’enregistrement et de composition a été beaucoup plus fignolé.

Les pièces devaient au départ figurer sur un album double intitulé Enfer Blanc. La suite de Hiver Québécois d’Antan en quelque sorte. À cette même époque, Pat et Guillaume se sont retrouvés via un certain réseau social après 20 ans sans contacts. Guillaume cherchait un moyen de reprendre le concept de Poète Maudit tel qu’il devait être au départ et les souvenirs refaisant surface, l’idée du double album a été abandonnée au profit d’un mini album instrumenta.

Pascal Grenier a joué la partie de basse « rock » sur Enfer Blanc, Alexandre Gagnon quelques pistes de guitare sur Enfer Blanc et Terre Humide. Le titre final pour le mini album a été trouvé suite à un concours lancé par Guillaume. Les trois meilleures idées ont ainsi été fusionnées. Le Quattro Stagioni provient de l’oeuvre de Vivaldi et qui veut dire Les Quatre Saisons en Italien, Au temps s’emporte le vent est un clin d’oeil au film Autant en emporte le vent et finalement, Pat a eu l’idée d’une Année d’Apocalypse, ce qui collait parfaitement avec le concept de Poète Maudit.

Le titre le la pièce Terre Humide provient d’une déformation que faisait le père de Guillaume du titre d’un téléroman Québécois bien connu dans les années 80 et qui s’appelait Terre Humaine. La conception graphique extérieure a été réalisée par le Dr Pain Pendragon, c’est la seule parution de Poète Maudit dont l’imagerie n’a pas été réalisée par Guillaume.

Ce mini album marque la fin de Poète Maudit version solo. Il est maintenant enfermé dans nos mémoires et n’est plus disponible tant physiquement que pour écoute. Si la chance est avec vous, peut-être le trouverez-vous quelque part un jour!